Index du Forum
Clan des Lames Brisées, guilde roleplay Wow - serveur Kirin Tor
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Chance Orlshae

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Clan des Lames Brisées - Agora -> Les Lames Brisées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chance
Lame Brisée

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2010
Messages: 83
Localisation: Berce-Âme.

MessagePosté le: Mer 14 Avr - 03:07 (2010)    Sujet du message: Chance Orlshae Répondre en citant

      



« Et son nom, à lui ? »

Il a eu des tas de noms. Au moins une quinzaine. Sa mère le nommait à l'humeur, et il se reconnaissait surtout au ton de voix qu'elle employait. Il s'est appelé Lordae, Carmin, Taride, tout comme Chérubin ou selon le nom du héros des romans à l'eau de rose que sa génitrice lisait au moment. Finalement, c'est l'ironie qui a entériné son nom usuel.



« Mais, il a un père, quand même ? »

Eut égard au métier de sa mère, on lui a supposé quelques pères, sans se fixer vraiment. Au grand dam de la famille de cette dernière, il a donc hérité du vieux nom familial, blason usé à la puissance flétrie éclaboussée de trop de scandales, dont lui. Orlshae. Ceux qui se souviennent ne cachent pas, souvent, un petit sourire de pitié ou de mépris. Ce qui, à ses yeux, revient au même.



« Et ça lui fait quel âge, maintenant ? »

Sa trentaine d'années, à peine entamée, resta figée comme telle.




« Et c'était quoi, à la base ? »

Humain jusqu'au bout des ongles qu'il avait manucurés -Et qui sont restés longs, un peu pointus. Ses oreilles ont même le mauvais goût d'être petites.



« Laisse moi voir un peu mieux à quoi il ressemble... »

Grand comme une liane, étiré, on ne l'aurait pas vu porter une armure aussi lourde. Et à vrai dire, s'il y arrive, c'est probablement parce qu'il est mort et qu'il ne peut plus guère s'effondrer suite à un effort trop violent. Ses cheveux, ils sont noirs, longs, ondulés, montrant encore les marques d'un soin plus que bourgeois qu'on y attachait. Ils flottent, maintenant, ternes, sur ses épaulières. Ses yeux, bah, qui s'en soucie ? Ils sont d'un bleu luisant maintenant. Son visage, lui, est fin et maquillé d'une expression d'une neutralité hostile quasi perpétuelle. Ses mains et ses épaules sont couturées de cicatrices probablement pré mortem. Depuis, d'autres se sont rajoutées, plus larges et plus profondes. Encore faut-il le voir sans son armure. Sa voix, elle est mélodieuse, chaude, suave, porteuse de relents d'une haine qu'il rend étrangement douce et sirupeuse. Il ne semble pas chercher cet effet. Son teint, lui, est celui du cadavre qu'il est, et il porte la fragrance de la mort dans ce qu'il a de plus désagréable, ce qu'aucun parfum ne saurait cacher tout à fait. Ce qui pourrait surprendre, c'est de le voir presque toujours impeccablement mis. Malgré son peu de cas de lui-même, il s'évertue à présenter bien.



« Et si tu me disais comment il est ? »

Froid. Méfiant. Réservé. Taciturne. Il n'est pas d'une compagnie formidable, même s'il n'est en soi pas difficile à côtoyer, puisqu'il ne dit rien, ne s'intéresse pas aux personnes qui l'entourent en tant que telles et ne réagit pas à l'affect. Il montre des restes de raffinement dans son phrasé très correct, jamais, ô grand jamais vulgaire. Méticuleux et précis dans ses gestes, il est au combat d'une rare violence déterminé, et d'un grand mépris pour sa propre survie, à moins qu'on ne lui ait spécifié qu'il est préférable qu'il subsiste plutôt que l'objectif soit atteint. Il tient de la machine et de l'arme, qu'il sait par ailleurs fabriquer de ses mains, avec un soin infini. Ses colères, si elles sont rares, sont les régurgitations de toute la haine qu'il peut renfermer sous son masque indifférent, qu'on sent affleurer parfois, comme un lac de lave sous un glacier.
Obsessionnel, déterminé, perfectionniste, fier à l'excès et doté d'un cœur plus glacé encore que sa carcasse, voilà ce qui le résume en quelques mots.



« Mais, il lui est arrivé quoi, pour qu'on en arrive là ? »

Il ne vous le dira jamais lui-même, avant, c'était avant, et « son vivant » lui est aussi étranger que le fait de boire un bon verre de vin après un repas fin, empli de quiétude. Il est, à ses yeux brillants, une autre personne qui n'a de commun qu'un peu de chair vérolée avec ce passé. Mais pour qui s'y penche, il est assez aisé de savoir qu'il est le fils d'une prostitué de Hurlevent, de la petite noblesse déchue. Il a fini lui-même par vendre ses jeunes années avant d'être enrôlé pour ses bras et pas pour le reste, lorsque l'obligation pour qui était en mesure de le faire est devenue trop pressante. Il n'était pas fait pour la guerre. Pourtant il y a montré un courage que certains ont attribué à un réel héroïsme, mais qui tenait davantage de pulsions suicidaires ou d'un nihilisme que la proximité de la mort et du massacre ont avivé. Un dernier éclat, et on le déclara mort, après un assaut désespéré pour tenter de donner un peu de temps à des civils de fuir. Un héros de guerre comme il en est tombé mille.
Depuis... Peu de temps s'est écoulé. Il ne commente pas davantage les cours mois passés auprès des forces du Roi Liche, et surtout pas ses sentiments à ce propos. A l'annonce de la mort du Souverain, il faisait partie d'une mission avec une petite cohorte de chevaliers. L'objectif n'était pas atteint, à l'annonce, pourtant, ils l'ont rempli, avant que leur ensemble ne soit disloqué par le doute et par la Croisade. Désœuvré, surpris et presque écœuré de constater la défaite et la médiocrité, il n'a pas fait le moindre geste envers l'alliance pour laquelle la Lame d'Ébène allait, à ses yeux, se prostituer à son tour. La raison pour laquelle il a guidé les pas d'une gnome perdue et tout aussi morte que lui est aussi cryptique que le reste de ses émois et objectifs. Toujours est-il qu'il l'a fait. Les rumeurs de fondation d'une nation non-morte l'ont guidé vers Berce-Âme. Sans espoir, ni fatalisme. Parce qu'il est et restera.



« Et t'as rien à dire de plus ? »

Sa mère est portée disparue depuis si longtemps que tous la considèrent morte. Aborder le sujet avec lui, c'est être assuré de tomber dans un abime de silence fermé.
A sa satisfaction personnelle, on ne lui connait aucune attache.       

_________________
S'il n'y avait la Haine, je serais Vide.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 14 Avr - 03:07 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Clan des Lames Brisées - Agora -> Les Lames Brisées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
World of Warcraft phpBB template "WoWMoonclaw01" created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) (v1.05) - http://www.wowcr.net/templates
© World of Warcraft and Blizzard Entertainment are trademarks or registered trademarks of Blizzard Entertainment, Inc. in the U.S. and/or other countries. wowcr.net is in no way associated Blizzard Entertainment.
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com