Index du Forum
Clan des Lames Brisées, guilde roleplay Wow - serveur Kirin Tor
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'amour d'une mère.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Crypte -> Récits RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Korita
Lame Brisée

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 141

MessagePosté le: Jeu 1 Juil - 15:02 (2010)    Sujet du message: L'amour d'une mère. Répondre en citant

L'amour d'une mère. 

 
Une belle journée. C'était ce que devait penser tout ceux qui passaient dans les hautes terres d'Arathi ce jour la. Un ciel sans nuage ou les oiseaux tournoyaient joyeusement, un soleil radieux qui faisait chaud au cœur, un vent frais qui ravivait l'esprit. Les hautes herbes ondulaient lentement sur les collines et rien ne venait troubler le calme de la région.
 
C'est dans une combe à l'écart que deux Draeneïs s'observaient à bonne distance l'une de l'autre. Néanmoins il fallait être tolérant pour qualifier ces deux la de « Draeneï ». La discussion semblait animée, mais aucunes des deux ne bougeaient.
 
Krilleb était non-morte, un cadavre caché derrière deux bons centimètres de lourde plaque. Ses yeux brillants de la froide flamme de ceux tombés contre le fléau. Voutée et dans un état de décomposition plutôt avancé, elle attirait les mouches qui formait un nuage faiblement opaque autour d'elle. Parfois elle chassait les plus téméraires d'un vague geste de la main. L'armure était encore relativement épargnée depuis qu'elle avait été reforgée, seule le gantelet gauche se piquait de rouille. Pour le moment elle semblait sur ses gardes mais pas agressive, laissant ses deux lames runiques solidement attachée dans son dos, dissimulant son expression derrière son casque.
 
Ahlune était encore vivante, ce qui selon elle tenait plus du cauchemar que de la bénédiction. Elle avait eu la « chance » de survivre aux massacres de la horde mais avait succombé aux magies corruptrice de la légion. Son corps n'était plus que l'ombre de celle qui avait quitté Argus il y a quelque milliers d'années. Petite aux épaules larges, l'aspect bouffi, le front bas et le dos rond. Elle avait l'air particulièrement maladroite et lente. Son regard à cet instant était tout de même aussi froid que celui de son interlocutrice refroidie. Elle semblait aussi sortir d'un long voyage, poussiéreuse, portant un long manteau usé et des vêtements confortables en dessous. On distinguait aussi un Elekk tranquille qui paissait non loin, lourdement chargé.
 
- Je t'ai cherchée longtemps...
 
La voix de la rouée tremblait. Les poings serrés, on voyait que chacun de ses mots étaient un calvaire. Pourtant elle continuait, devant la morte imperturbable qui la dévisageait avec un peu plus d'intérêt qu'au début. 
 
- ...Au début, la lumière m'a fait espérée que tu sois morte...
 
Elle serra plus fort ses poings lorsque la Draeneï se mit à ricaner. Prenant une grande inspiration et surmontant les sentiments qui grandissaient à l'intérieur, elle se forçait à continuer, derrière son masque de calme apparent. 
 
- ...Sayadi', pour l'honneur de ta mère...
 
L'intéressée se décida enfin à bouger, à pas lent vers sa « mère ». Quand elle ouvrit la bouche, Ahlune du faire un effort supplémentaire pour ne pas lui sauter à la gorge. 
 
- Ma « mère » m'a dit une fois... Vis ta vie plein'ment, je n'te jugerais pas.
 
Krilleb se méfiait. Elle ne doutait pas une seconde que la rouée qui lui parlait soit effectivement sa mère. Après tout, sa mémoire ne lui faisait pas défaut. Les derniers mois sur Draenor à veiller sur elle alors que la magie démoniaque la rendait repoussante était suffisamment de preuve pour qu'elle n'ai pas besoin de demander de justifications.
Par contre, elle détestait le ton employé, l'attitude. Elle détestait la façon dont elle l'avait appelée et le soudain revirement dans ses idées. 
 
- C'est ce que j'suis en train d'faire. Et j'suis assez grande pour plus avoir b'soin de toi.
 
Lorsqu'après une bonne minute, Ahlune ouvrit la bouche, elle laissa enfin libre cour à toute sa rancœur en crachant ses mots. 
 
- Assez sale gamine! Je ne t'ai pas élevée pour que tu devienne le contraire de nos préceptes. Tu n'est plus qu'une carcasse vide de sens. Tu défies nos vœux par ta simple existence! Tu me renies moi, alors que je t'ai enseigné la lumière, l'amour et la vie. Je t'ai parlée du courage et des légendes. Plus que tes frères et sœurs j'ai voulue que tu sois heureuse alors que nous étions un peuple en fuite! J'étais fière de te voir vivre Sayadi'! Tu représentais l'espoir pour moi...
 
Nullement touchée, la non-morte s'était encore approchée. Portant la main gauche à la garde de sa lame runique. La rune lui répondit par un crachotement et une brève lueur verte. Il n'était plus l'heure de jouer. Son regard fut attiré par un éclat de métal au flanc de la rouée. Une longue dague à l'aspect original. 
 
- ...Puisse la lumière te pardonner.
 
Un silence de mort accueilli la dernière réplique. Indiquant la fin de la discussion. Perdant toute patience, Ahlune comprima l'air ambiant d'une simple impulsion, profitant de la forte concentration d'énergies élémentaire des lieux. Le projectile ainsi formé fut envoyé vers ce qui était désormais son adversaire, couchant les herbes au passage. 
Dans le même temps, Krilleb avait dégainée, décidée à en finir rapidement, la mort lui ayant retirée tout ce qui était notion de retenue ou de pitié. Elle n'avait même pas envie de maîtriser sa mère pour tenter de lui expliquer quoique ce soit.  
« La légion a finie par lui ronger l'crâne. Tuons la, chérie »
 
Le déplacement d'air fut absorbé par un mur anti-magie, ne parvenant pas à stopper la progression de la non-morte. Avançant lentement vers la rouée, sa lame gauche levée en protection contre n'importe quelle autre démonstration de la force des éléments. Ne risquant pas de baisser sa garde pour frapper à distance, elle attendait un faux pas.
 
La nouvelle attaque vint sous la forme d'une pierre grosse comme le poing, lancée à pleine vitesse. Elle rebondit sur son casque en laissant une belle marque sans la ralentir pour autant. S'aidant des mains pour accélérer les mouvements, Ahlune déterrait déjà d'autres projectiles pour les envoyer sur sa fille, sans plus de succès que précédemment. La plupart des pierres rebondissant avec des « Boing » tristounets.  
 
Quelques mètres seulement les séparaient désormais. Concentrée sur ce que faisait sa mère, Krilleb prêtait finalement assez peu d'attention au reste. Elle ne voyait pas les pierres mortes laissée derrière elle qui s'animaient. D'abord amas informe, puis on finit par reconnaître ici un bras, ici une tête aux yeux cristallins. L'assemblage n'était même pas complet quand il passa à l'attaque. Tornade de pierres et de poussière qui frappèrent la Draeneï de dos, alors qu'elle avait l'œil rivé sur la rouée.
 
Le coup eu ceci d'important que la non-morte baissa sa garde un instant. Pas que la frappe de l'élémentaire l'avait déséquilibrée, son coup ricochant sur le métal de l'armure sans parvenir à la faire bouger. Mais elle hésita un instant, se demandant si il ne fallait pas régler le cas du tas de pierre avant. Sure de son coup et oubliant sa mère impuissante pendant un moment, elle se retourna pour faire face aux rochers en colère.
 
Suffisamment proche, la rouée se jeta sur elle, c'était l'occasion ou jamais. Ahlune savait parfaitement qu'elle n'aurait eue aucune chance au contact contre sa fille, elle avait alors juste essayée de la déconcentrer pour mettre son plan à exécution. Elle avait sacrifiée le dernier mois de son existence à façonner l'arme qu'elle tenait alors en main et avait mise toutes les chances de son côté pour ne pas laisser place au hasard. L'arme était enchantée. Elle avait d'ailleurs longuement suppliée les éléments pour obtenir leur faveurs. Ils n'avaient daignés répondre qu'après bien des lunes et des offrandes. La terre lui avait donné la dureté du roc, l'air lui avait donnée un équilibre parfait, le feu s'était arrangé pour que nulles armures ne lui résiste et l'eau allait purger toute souillure.
 
Krilleb su qu'elle avait fait une erreur au moment ou la dague traversa sans effort son casque, sa nuque, sa mâchoire et son menton. La surprise de la blessure passée, elle se retournait, passablement énervée, il en fallait nettement plus pour la mettre hors de combat après tout. Ahlune du lâcher prise et elle n'eut même pas le temps de pousser un cri lorsque la lame droite de la non-morte lui traversait la poitrine. Et alors qu'elle regardait le visage figé de sa mère, la Draeneï y reconnu une expression. La victoire.
 
En retirant vivement son arme du corps sans vie, la Draeneï s'efforça ensuite de retirer celle qui lui ornait l'arrière du crâne. La dague était une belle pièce malgré son apparente simplicité, elle avait été façonnée avec tout l'amour qui restait dans le cœur aigri de sa défunte mère et semblait n'avoir servi qu'aujourd'hui. C'était d'ailleurs ce petit détail qui continuait de lui échapper. Pourquoi ses pensées devenaient soudainement confuses? Pourquoi avait elle l'impression qu'un gigantesque torrent se déversait à l'intérieur d'elle même? Une subite fatigue, l'impression d'oublier pas mal de chose et d'être vidée. Plusieurs heures passèrent alors ou elle ne fit pas un mouvements. La flamme de ses yeux à peine visible à travers ses paupières fermées. Quelques mouches commençaient à s'aventurer sur le cadavre de la rouée qui continuait de la fixer de son regard éteint.
 
Puis, sans crier gare, dans un subit accès de rage elle déchiqueta le cadavre en une série de gestes incontrôlés pour la plupart. Frappant du poing, griffant, déchirant et frappant encore pendant de nombreuses minutes, répandant ce qui avait été sa génitrice en morceaux informes autour d'elle. Le corps de sa victime maintenant méconnaissable, Krilleb se remit lentement debout pour de nouveau attendre. Attendre que quelqu'un vienne pour lui faire subir le même sort. Attendre un ordre ou attendre qu'elle finisse par tomber en poussière. Sombre carcasse sans volonté désormais. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 1 Juil - 15:02 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Korita
Lame Brisée

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 141

MessagePosté le: Ven 2 Juil - 16:55 (2010)    Sujet du message: L'amour d'une mère. Répondre en citant

II L'amour de la mer. 

 
Une nouvelle série de vagues vint se briser contre les remparts et la pluie redoubla d'intensité. Un ciel noir, aux nuages bas obscurcissait encore le tableau, lui donnant une allure de fin du monde. Ce qui était peut être le cas après tout. Voilà maintenant plusieurs heures que la forteresse qui servait de refuge mental à la Draeneï était prise d'assaut par les éléments déchainés.  
D'abord, une colonne d'eau gigantesque était tombée du ciel, ne cessant de déverser des flots enragés qui partaient à l'assaut des murs de la citadelle. Une pluie battante s'était ensuite mêlée à la danse, ralentissant toutes actions pour retenir l'eau qui ne cessait de monter.
 
Du haut de son donjon. Krilleb regardait ses semblables s'agiter un peu partout. Elle avait réagi rapidement à la menace et s'efforçait de garder cette légère avance devant la montée des eaux inéluctable. Le dernier plan de sa mère se révélait et était après tout évident. Ceux qui ne peuvent gagner par la force tente toujours de le faire par l'esprit. Sauf que la Draeneï n'était d'accord que sur un point dans cette phrase, « tente ». Tout ceux qui avaient essayés avec elle s'étaient cassés les dents. Il en serait de même cette fois, c'était évident.
 
Avec zèle et discipline, malgré les trombes d'eau et la visibilité réduite, les Draeneïs faisaient leur possible pour renverser la situation. Ils remplaçaient les portes par de lourds sas de pierre étanche, elles comblaient les couloirs exposés, bouchaient les fenêtres, organisaient de vastes dortoirs et rapatriaient les réserves.. D'autres contrôlaient les flots de réfugiées, les guidant vers les zones sures, imperturbables. On avait rentré les étendards, on roulait soigneusement les tapisseries. Tout se déroulait dans une ambiance fébrile mais encore maîtrisée qui faisait la fierté de la Draeneï, la haut dans sa tour. 
 
Il y avait quand même des accrocs. A l'image du grand échafaudage qui venait de s'effondrer suite à une rafale de vent meurtrière, entrainant une dizaine d'ouvrières dans les profondeurs. Le principal était quand même quasiment fait. La citadelle serait capable d'accueillir et de protéger l'afflux de population en attendant que la tempête se calme. Détournant le regard, la Draeneï laissa la place à un groupe qui se pressait de combler le long couloir circulaire dans lequel elle se trouvait. D'un pas mesuré elle se rendit dans ses appartements, pour attendre elle aussi. Toutes n'auraient pas cette chance et elle le savait. Mais en reprenant une expression employée en Azeroth. « On ne fait pas d'omelettes sans casser des œufs ». Le plus important était donc d'en casser un minimum. 
 
Alors qu'elle courrait le long du rempart, Krilleb put voir distinctement un superbe éclair zébrer l'horizon. Elle progressait aussi vite qu'elle pouvait sur le sol devenu glissant, se tenant au parapet pour éviter la chute. Elle tentait de rejoindre la trois cent quinzième tour de la première enceinte, là ou son unité avait établie un poste de secours. Continuant d'avancer, la Draeneï s'amusa à compter le temps nécessaire pour que celui si soit enfin audible. 
 
« Un.. » 
 
En bas, elle voyait les flots déchainés continuer de frapper en vain les murs lisses de la citadelle
 
« ..Deux.. »
 
Un nouvel éclair s'écrasa sur les remparts. Bien plus qu'un simple coup de tonnerre, Il fendit en deux le mur sur toute sa largeur, le fracas de la pierre brisée fut rapidement couvert par celui de l'eau qui s'engouffrait dans la brèche. Krilleb n'eut pas le temps de compter jusqu'à trois avant d'être désintégrée.
 
Dans une salle de garde les Draeneïs entendirent elle aussi la foudre tomber, alors en pleine partie d'un jeu de carte quelconque. La porte ouverte donnait sur une cour ou se massait encore des réfugiés qui attendaient leur affectation. Krilleb qui était en faction devant ladite porte dut se protéger les yeux lorsque l'éclair vint briser le premier mur d'enceinte. Voyant l'eau se déverser à une vitesse hallucinante par le trou, elle hurla à ses congénères. 
 
- Courrez!!
 
Alors qu'ils commençaient à barboter, les gardes et les autres s'efforcèrent de s'extirper de la cour, mais les préparations étaient bien avancées et les passages déjà scellés. La force du courant fit voler en éclat la porte de la salle de garde ou quelques une avaient trouvées refuge. En un instant, l'endroit n'était plus qu'un vaste bassin ou bouillonnait l'eau victorieuse.
 
La foudre frappa alors une nouvelle fois, plus fort que la précédente, brisant une seconde partie de la première enceinte noyant immédiatement tout ce qui se trouvait juste derrière.
 
Au détour d'un couloir qui se remplissait rapidement, Krilleb pestait contre cette nouvelle attaque. Elle n'avait rien à voir avec le plan de sa défunte mère, c'était quelque chose qui se rajoutait par dessus, aggravant une situation pas franchement brillante. 
De l'eau déjà jusqu'aux genoux, elle s'engouffrait dans une nouvelle séries de coursives, cherchant à rejoindre les escaliers les plus proches, dans l'espoir que les niveaux supérieurs ne soient pas inondés ou condamnés.
 
En chemin elle pu apercevoir ce qu'il se passait dehors, par une large fenêtre pas encore bouchée. La pluie tombait en rideaux serrés, la Draeneï se doutait qu'à force, elle deviendrait aussi problématique que les vagues à l'extérieur des remparts. Pressant le pas elle finit par atteindre la cage d'escalier qui n'était heureusement pas encore fermée, quelques gardes attendaient patiemment les retardataires, prêtes à refermer le sas et remplir le fond de rochers.
 
Et en haut d'une des tours du second mur d'enceinte, Krilleb regardait d'un air morne la pluie tomber, se tenant fermement à la pierre pour éviter de basculer à cause du vent. Elle en avait vue d'autres et n'allait pas lâcher prise aujourd'hui. 
Le déferlement rapide des vagues, de plus en plus proches du parapet du premier mur à mesure que le niveau montait était presque beau. On sentait tout le côté indomptable de l'océan dans cette tempête surnaturelle. Au loin, la masse sombre de l'intarissable colonne d'eau qui tombait du ciel indiquait clairement que rien n'était prêt de se terminer. 
 
- Allez chérie, on commence à avoir les sabots mouillés nous en bas. 
 
Sa semblable attendait tranquillement qu'elle se décide à quitter son poste pour rejoindre les entrailles du bâtiment. Il ne restait que cet escaliers d'accessible pour le moment, une fois qu'elles auraient refermées la trappe, il faudrait le condamner lui aussi. 
Retenant un soupir elle abandonna sa contemplation pour la suivre, dévalant les marches à la lueur des rares torches restantes.
 
C'est à peut prêt autour de ce moment que la foudre se décidait d'ailleurs à tomber une nouvelle fois. Encore plus fort que précédemment. Le choc fit trembler les fondations du second mur d'enceinte touché, quelques Draeneïs finirent en poussière, d'autre broyées sous des tonnes de rochers.
 
La citadelle tenait globalement bon. Les trois attaques avaient frappées au hasard, épargnant les secteurs clé. Le niveau continuait de monter. Le premier rempart baignait déjà dans l'eau, la plupart des vagues passant sans efforts par dessus pour s'écraser plus bas dans les cours désormais vide de l'enceinte. Quelques rares Draeneïs se faisaient encore surprendre par les éléments, mais elles se comptaient sur les doigts de la main.
 
Ce n'était certainement pas quelques coups de tonnerres qui auraient empêché Krilleb et Krilleb de passer leur soirée en privé prévue de longue date. Un cadre enchanteur, de la nourriture raffinée et des tenues adaptées à la situation. Elles avaient l'éternité devant elles après tout.
 
Malheureusement, elles n'eurent pas le temps de terminer les bouteilles d'alcool fort et les amuses gueules quand l'eau s'invita sans prévenir à la fête. L'invité indésirable pris une généreuse part de vin et engloutit les petits fours avant de tourner son regard affamé vers les deux Draeneïs, passablement déçue par la tournure que prenait les événements et le fait que leur plan tombait littéralement à l'eau.
 
Repoussées dans un coin de leur pièce, de l'eau jusqu'à hauteur de bassin, elles n'eurent d'autre idée que d'attendre leur heure, enlacées et ne prêtant aucune attention à leur bourreau. Pourtant il faisait tout pour se rendre intéressant, faisant voyager le lit à travers la salle, décolorant les tentures, jouant avec la table et les chaises, se joignant même à leur tendres caresses, y ajoutant un peu de froid mordant.
 
Dans le donjon, la salle de réunion était pleine de monde. Chaque élément de la pièce rivalisaient d'ingéniosité pour être plus splendides les uns que les autres. Des grands rideaux, aux fresques peintes au plafond, en passant par le dallage en marbres hors de prix, suivant des motifs compliqués. Les candélabres dégageaient une vive lumière qui se reflétait sur l'argenterie qui recouvrait les tables. Des serveuses passaient en silence, apportant des plats garnis de mets divers, reprenant ceux vides, gratifiant parfois une convive d'un sourire charmeur.
 
Au milieu de l'assemblée bruyante, Krilleb trônait sur son siège, au bout de l'une des tables. Elle regardait les autres manger, chanter et rire avec satisfaction. La plupart ne pensaient déjà plus à ce qu'il se passait dehors. Par moment, l'une de ses commandantes s'approchait et lui glissait un ou deux mots à l'oreille, la Draeneï se contentant de sourire et de congédier d'un geste de la main. 
Tout se déroulait comme prévu. La citadelle était maintenant compartimentée. Tout les accès étaient condamnés, chaque zone était à même de subvenir à ses moyens pendant des lustres, mais surtout, la disparition d'un secteur n'entraînerait pas la chute des autres.
 
Et alors qu'au dehors le vent continuait de hurler et les vagues de frapper. Krilleb se préparait tranquillement à subir le siège.
 
« J'espère juste qu'ils ne se feront pas trop de mauvais sang » 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:28 (2018)    Sujet du message: L'amour d'une mère.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Crypte -> Récits RP Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
World of Warcraft phpBB template "WoWMoonclaw01" created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) (v1.05) - http://www.wowcr.net/templates
© World of Warcraft and Blizzard Entertainment are trademarks or registered trademarks of Blizzard Entertainment, Inc. in the U.S. and/or other countries. wowcr.net is in no way associated Blizzard Entertainment.
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com